Utopie

Stage

Sur les connaissances des cultures primitives.
D’après le documentaire « D’autres Mondes ».
Jan Kounen filme des indiens d’Amazonie appelés Shipibo Conibos au Pérou, il montre leurs rites et leur connaissance. Des recherches scientifiques poussées ponctuent le documentaire sur leur connaissance en médecine, psychologie, philosophie…
Ces indiens Shipibos-Conibos ont acquit une grande connaissance sur la micro-biologie, ils connaissent l’existence de l’Adn depuis des centaines d’années avant même que James Watson et Francis Crick ne le découvrent en 1962. Cette médecine  prend en compte le sujet dans son ensemble. Ils disent que les maladies sont souvent d’origine psychologiques. Ils soignent des maladies que la médecine occidentale ne peut soigner: cancers, épilepsies, maladies de peau, traumatismes…
C’est dans cette optique que j’aimerais aller à la rencontre de cette culture. Le livre de l’anthropologue Jeremy Narby représente l’Adn, les cellules, les molécules… dans le corps humain, il montre des photos représentant l’art de ce peuple qui montrent leur connaissance de l’Adn et leur vision de la micro biologie.
Ils transmettent cette connaissance grâce à la peinture et la représentation dues aux visions qu’ils ont grâce aux plantes, d’après eux c’est des plantes qu’ils puisent leur connaissance. Leur art est pictural et symbolique, il est d’une richesse immense en connaissances médicales.
Je voudrais voir de mes propres yeux leur art et leur savoir et faire le lien avec d’autres connaissances provenant d’un autre peuple primitif: les indiens Hopis.

Les indiens Hopis vivent en Amérique du Nord.



Ils prétendent avoir conservé grâce à la transmission orale, le récit de l’histoire de l’humanité depuis l’origine. Ils décrivent précisément 4 mondes qui correspondent aux ères géologiques découvertes par les scientifiques. Ils expliquent l’origine du savoir Egyptien, l’origine des civilisations Aztèques, Incas, Mayas… et pourquoi elles ont disparues… Donnant des détails surprenants et inconnus des scientifiques. Beaucoup d’informations se retrouvent dans leur mythologie et donnent du sens à l’histoire de l’humanité et à la perte de ses techniques et de son savoir. Selon eux, l’homme avait une connaissance de la médecine (comme le confirme le savoir médical Shipibo-Conibo) et de la technique, connaissances qui sont différentes de la nôtre.
Ils ont un art qui représente des poupées, appelées Kachinas, qui représente les esprits, qui font le lien avec les hommes et les éléments de la nature.

Publicités

Correspondance

A Nicole Tran Ba Vang.
[…]
Je trouvais que nos travaux se ressemblaient car je fais aussi des vêtements avec la nudité dessus. Meme si je n ai encore pas de belles photos… nous avons des préoccupations communes…
Moi je pensais qu’en s’habillant de sa nudité ca pourrait aider à l’acceptation de son corps… car en enfilant le vetement et en se promenant dans la rue on se sent habillé mais quand on croise une personne on sait que c’est notre propre nudité imprimée dessus et c’est tres etrange, on se sent mis à nu par l autre!!! j ai essayé avec deux autres personnes un gars et une fille (pas de photo car elle est moche!!) qui portaient leur propre nudité, où on s est promené toute la journée dans la rue!!! et je me demandais ce que ca produirait si on portait ca tous les jours, si ca ne modifierait pas notre etat d esprit…
J’ai etudié Jung et il parle d’images collectives qui sont presentes dans l inconscient et qui sont communes à tous les etres quelque soit leur culture. Selon lui elles seraient inscrites dans notre genome, et je me demandais ce que ca ferait d activer l’image collective de l etre originel et de le vivre tous les jours…

L’Habit ou le Costume: définitions

Si l’on admet que l’Habillement correspondrait au fait de se couvrir le corps, et le Costume au choix d’un vêtement de telle forme et pour tel usage, peut on en déduire que l’Habillement résulterait surtout de conditions matérielles: climat, santé, d’une part, et production textile, d’autre part; tandis que le Costume correspondrait à des conditions mentales telles que croyance religieuse, magie, esthétique, situation sociale, différenciation des races, goût de l’imitation.
Ce dernier point a suscité des opinions diamétralement opposées. Les Grecs et les Chinois ont cru que l’on s’est couvert le corps d’abord pour une cause physique, surtout pour se protéger du climat. Au contraire, la Bible, les ethnologues anciens et les psychologues modernes invoquent une raison mentale: la pudeur, pour les anciens, l’idée de tabou ou d’une influence magique, le désir de plaire, pour les modernes.

Extrait du livre: « Le Costume les Origines et l’Evolution »